Réflexologie et soins palliatifs

Une expérience de réflexologie dans une unité de soins palliatifs
Odile Chaquet, Josiane Lei, Mireille Balahoczky, Anne Marie Krummenacker
Publié dans
Revue internationale de soins palliatifs
2007/4 (Vol. 22)

http://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=INKA_074_0111

Les soins palliatifs ont comme objectif de maintenir la meilleure qualité de vie possible des patients pour lesquels une guérison n’est plus envisageable. Il ne s’agit donc pas de lutter contre une maladie évolutive qui progresse, mais plutôt de traiter de manière efficace les symptômes physiques gênants (tels que la douleur ou la dyspnée), de soulager la souffrance psychique (tels que des états dépressifs ou l’angoisse), d’apporter de l’aide dans des situations sociales difficiles (solitude, conflits familiaux) et de permettre un soutien spirituel.

La SSMSP ( Statuts de la Société Suisse de Médecine et de Soins Palliatifs. Berne. 1995.) écrit que « la médecine et les soins palliatifs comprennent tous les traitements médicaux, les soins physiques, le soutien psychologique, social et spirituel, destinés aux malades souffrant d’une affection évolutive non guérissable. Son but est de soulager la souffrance, les symptômes d’assurer le confort et la qualité de vie du malade et de ses proches ».

C’est en partant de ces définitions que nous avons construit notre projet de proposer des soins de réflexologie aux patients en soins palliatifs.
Notre projet

Infirmières depuis de nombreuses années et travaillant dans une unité de soins palliatifs du centre de soins continus des Hôpitaux Universitaires de Genève (CESCO), nous constatons que certains symptômes (constipation, angoisse, dyspnée) subsistent malgré les traitements proposés. Ces symptômes non calmés, augmentent la souffrance à la fois psychologique et physique des patients et installent en nous un sentiment d’impuissance.

Parallèlement, nous possédons des compétences qui font partie de notre rôle propre. De leur côté, les patients attendent autre chose que des traitements, des examens, des visites médicales et ont souvent essayé des approches complémentaires.

Nous avons donc décidé de proposer aux patients hospitalisés dans l’unité 20 du Cesco, des soins basés sur la réflexologie en lien avec ces trois indications : angoisse, dyspnée et constipation. Soutenues par nos directions, notre projet a vu le jour à la fin de l’année 2005.

Nous avons retenu différents concepts théoriques : le toucher, la réflexologie et la communication.

Le toucher

Toucher, c’est rencontrer l’autre, c’est approcher une zone corporelle avec prudence, l’apprivoiser. Nous apprécions sous nos mains l’effet de ce toucher : la mobilité, la confiance, le relâchement, l’abandon ou bien au contraire le raidissement, la crispation.

Toucher est une nécessité capitale au même titre que se nourrir, respirer, boire, dormir.

« 85% des soins infirmiers nécessitent le recours au toucher pour pouvoir être effectués » (toilette, aide au levé, habillage…) Le toucher est alors associé à ces soins mais il est encore difficile pour les soignants de prendre du temps pour un massage.

« Chaque personne a besoin d’un minimum de contacts physiques pour vivre voire pour survivre. Dans un contexte de soins palliatifs, lorsque les mots n’ont plus vraiment de sens, lorsque notre savoir se heurte à une grande impuissance, il est encore possible d’entrer dans un univers où le contact, le regard, l’expression corporelle deviennent les seuls messages d’une communication profonde avec l’autre. Donner un toucher-massage est une des interventions du rôle propre infirmier ».

La réflexologie

La réflexologie est l’étude et la pratique du massage spécifique de certaines zones des pieds et des mains qui correspondent à d’autres régions du corps. C’est une approche très ancienne. En Chine, où la médecine traditionnelle attribue la bonne santé à la libre circulation de l’énergie par des voies descendant vers les pieds, les mains, et sur lesquels on agit en exerçant une pression sur des points essentiels pour garantir un flux harmonieux.
Plus tard, en Egypte ancienne (2330 av. J.-C.) on retrouve des fresques, des hauts-reliefs traduisant cette pratique .
La réflexologie moderne est issue des travaux du Dr Fitzgerald (1872-1942) médecin américain et d’Eunice Ingham (1879-1974) physiothérapeute. Le corps est tout d’abord divisé en zones, puis apparaissent des schémas des pieds indiquant quels points ou quelles zones correspondent à différentes parties du corps. Ma formation est basée sur cette approche.

La réflexologie s’adresse à tous avec pour contre-indications, le début et la fin de la grossesse, le jour d’une chimiothérapie, un traumatisme du pied. L’accent est mis surtout chez la personne âgée, sur des gestes enveloppants et doux. Pour cette population hospitalisée dont le contact physique est restreint, la réflexologie offre un moment pour reprendre contact avec le corps. Un temps de massage de détente débute et termine toujours le soin.

L’objectif n’est bien sûr pas d’apporter une guérison, mais d’améliorer la qualité de vie. La réflexologie offre une autre approche du soin permettant un contact à la fois inhabituel, sécurisant et thérapeutique.

La communication

« Le besoin fondamental de communiquer avec ses semblables est la nécessité dans laquelle se trouve tout individu d’avoir des échanges verbaux et non verbaux avec d’autres membres de son espèce.»
Vouloir communiquer, c’est chercher à entrer en contact. La séance de réflexologie offre au patient un grand moment de communication.

Entreprendre ce type de soin n’a de sens que si la séance s’entoure d’une compétence infirmière dans la qualité d’écoute, d’observation pour d’une part apprécier si l’outil est adapté, d’autre part pour en faire un moment privilégié pour le bénéficiaire.

Méthodologie

Nous avons organisé une information à nos collègues infirmières, aides-soignantes et aux médecins de l’unité. Les réactions ont été favorables : écoute, participation au projet.
Les soins sont proposés soit par les soignants soit par l’infirmière formée en réflexologie. Il peut être aussi demandé par le patient.

Après évaluation de l’indication et acceptation du soin par le patient, nous proposons 2 massages par semaine d’une durée de 20 minutes, sous forme de rendez-vous.

L’infirmière formée en réflexologie aborde la rencontre avec le malade dans le calme et en totale disponibilité. Il faut compter 10 minutes pour l’installation du patient, les transmissions écrites et la tenue des statistiques. L’infirmière note dans le dossier patient, comment celui-ci a vécu le soin, quelles zones ont été massées et fait une évaluation du symptôme et du bien-être du patient.

Elle adapte le massage en fonction de l’âge du patient (pas de stimulation de l’organisme trop longue < 20 min).

Le soin peut être intégré dans une démarche de soins, il est planifié et validé dans le dossier patient et il comptabilise des points PRN.

Chaque massage se déroule de la manière suivante :
installation confortable du patient ; évaluation et discussion avec le patient sur ses désirs, besoins et bien-être ; prise de contact sur les pieds avec un temps de massage détente ;
observation des différents signes sur les pieds ; massage réflexologique des zones ;
massage lissage pour terminer.

Résultats

Nous cherchions à savoir comment le patient vit une séance de réflexologie et quelle est la plus-value de ce type de soin sur sa qualité de vie. L’observation, les dires du patient et des soignants et la lecture du dossier patient nous ont permis de présenter les résultats suivants. Il est important de comprendre que chaque séance se déroule de manière différente en fonction de la personne, du moment, de sa disponibilité et de ses attentes.

171 massages ont été pratiqués sur 21 patients (16 patients atteints de cancer et 5 en attente d’une place en EMS) à raison de 2 massages par semaine. La réponse à la demande du soin est de moins de 4 jours. A aucun moment, les patients n’ont manifesté le désir d’arrêter cette prise en charge.

Les patients ont reçu entre 1 et 43 massages avec une médiane de 4.

Les soins ont été proposés :
9 fois par l’infirmière formée en réflexologie ;
5 fois par le médecin ;
5 fois par l’équipe soignante et le médecin ;
4 fois par un membre de l’équipe
et demandés 2 fois par le patient lui-même.
Ces chiffres sont pour nous encourageants, car ils montrent le soutien, la reconnaissance pour ce soin de l’ensemble de l’équipe. 38% des massages ont été réalisés sur un ordre médical, et 62% sur notre décision propre en lien avec le rôle autonome de l’infirmière. Nous retrouvons les motifs de consultation choisis au début de notre projet, avec parfois plusieurs motifs pour un même patient (constipation, dyspnée et angoisse).

En cours d’hospitalisation, les motifs ont parfois changé, par exemple un patient souffrant de constipation et ensuite aidé pour une dyspnée qui apparaît.

Nous constatons qu’il y a toujours une réponse aux symptômes .

Nous observons avec intérêt l’apparition d’« effet secondaire bénéfique » sur des symptômes non cités au départ du soin : respiration, sensations corporelles, détente, force, endormissement : « Je reprends contact avec mon corps ». Ces symptômes étaient probablement existants mais pas prioritaires pour le patient. Ces effets secondaires sont des éléments importants pour la qualité de vie. Voici quelques phrases relevées au cours des soins.
« Cela m’a permis de tenir plus longtemps ».
« Je suis mieux dans le sens où je gère mieux mes crises ».
« C’est un moment où je partage sur différents sujets en lien avec ma santé, mon avenir, mes inquiétudes, mes espoirs. Je suis surpris de cette intervention qui m’amène à parler de mon enfance ».
« Je préfère avoir des soins de ce type plutôt qu’une médecine qui me “ détraque ” au niveau du système digestif ».

On constate qu’il y a une connaissance de ce soin par les patients et leurs familles (50 %). Dans ce cas, le soin est soutenu par la famille, et donc aidant pour le patient .

Nous notons l’enthousiasme de certains patients connaissant déjà la réflexologie qui disent avoir été très surpris, puis heureux que de tels soins leur soient proposés en milieu hospitalier et considèrent que cela est un progrès pour les patients : « Il y a quelques années, c’était impensable ».

Discussion

Le temps de massage permet aux patients d’exprimer, de verbaliser des craintes, des peurs, des questionnements, de parler d’eux, de leur vie. Cela est alors l’occasion pour certains de faire des liens avec la situation actuelle : une forme de relecture de vie. Alors se pose la question suivante : pourquoi ne pas proposer une relation d’aide pour ce type de patients ? Quand elle leur a été proposée, certains préféraient le massage. C’est le toucher lui-même qui permet alors d’entrer en communication.

La personne sent qu’on lui consacre du temps. Cela est valorisant pour elle : « Vous venez exprès pour moi ? »

La grande richesse de communication ainsi que la relation qui s’établit durant toute la prise en charge du patient sont également ressourçantes pour le soignant. C’est le principe des vases communicants. Le toucher permet de sentir la vitalité de la personne, sa capacité à rebondir face à la maladie, sa fatigue, la présence de tensions, d’eau. Au cours du massage, avec le ressenti tactile, avec les informations que donne le patient, la réflexologue découvre ce qui favorise la problématique. Elle stimule alors d’autres zones ayant un lien avec celle-ci. Ce sont des éléments qu’elle rassemble, et qu’elle utilise ensuite pour mieux connaître le patient et donc mieux répondre à ses besoins.

Au départ, nous avons constaté une difficulté, de la part de certains membres de l’équipe, à accepter ce type de soin par rapport à la charge de travail habituelle, et par rapport au fait que le massage n’est pas considéré comme un soin. Au vu des bénéfices, ce soin a petit à petit pris sa place.

Conclusion

La réflexologie améliore la qualité de la vie des patients en soins palliatifs et a permis une présence et un accompagnement dans leurs derniers jours. Le massage favorise et contribue au dialogue. Il ouvre une partie intime chez l’être humain.

Plusieurs outils existent pour encourager le dialogue : relation d’aide, entretien, approches groupales, massages, réflexologie… Le choix se fait en équipe et avec le patient afin de définir ce qui lui conviendra le mieux. Ce travail montre que la réflexologie a toute sa place dans les soins infirmiers. Nous souhaitons que ce type d’approche puisse continuer d’être proposé aux patients.

Remerciements

Nous remercions les soignants de l’unité 20 du Cesco, la direction des soins et la direction médicale de nous avoir permis de mener à bien ce projet.

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, réflexologie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s